Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Formations

EGLISE - FORMES ET SENS

Un lieu pour faire corps. Commission diocésaine d'art sacré de Vannes Conférence d'Irène de Chateau-Thierry à Sainte Anne d'Auray le 19 mars 2019

L’église, formes et sens

 

Un lieu pour faire corps

 

 

L’église, l’Eglise : du grec « ekklesia » qui signifie « assemblée ».

 

L’église est un lieu qui rassemble en un unique espace,
les fidèles, les prêtres et Dieu.
Cette disposition est originale dans l’histoire des religions. Elle est née lorsque le rideau du temple de Jérusalem s’est déchiré à la mort du Christ : désormais, tout homme a accès auprès de Dieu.

 

Dieu désire habiter avec son peuple :

« Fais-moi un sanctuaire, que je puisse résider parmi eux ». (Ex 25,8)
« Je viens rassembler les hommes de toute nation et de toute langue. » (Isaïe 66)

« Il y aura un seul troupeau et un seul pasteur ». (Jean 10, 16)

 

L’assemblée forme un seul corps «Le pain que nous rompons n'est-il pas communion au Corps du Christ ? Puisqu'il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain" (1 Co 10, 17)

 

La partie principale de l’église, où s’assemblent les fidèles, s’appelle la nef, un mot qui signifie aussi « bateau »

.

La nef est souvent couverte d’une voûte, en pierre ou en bois, qui prend parfois la forme d’une coque de bateau renversée.
Le double sens du mot « nef » renvoie à la barque de Pierre, si présente dans les Evangiles. Hier comme aujourd’hui, elle parle de l’Eglise rassemblée autour du Christ, qui va à l’écart avec Lui, écoute son enseignement, voit les foules qu’Il enseigne, va au large, Le reconnaît comme Fils de Dieu.

« Un jour, Jésus monta dans une barque avec ses disciples et il leur dit : « Passons sur l’autre rive du lac. » Et ils gagnèrent le large. » en Lc 8, 22

« Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent: « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » en Mt 14, 33

 

L’église a très souvent un plan en forme de croix.

 

La croix est bien sûr le signe des baptisés.
Elle est pour eux l’instrument du salut, le chemin vers le ciel.
Etre rassemblés dans une croix a évidemment une signification très forte.
La croix est aussi la forme du corps du Christ en croix ; le chœur est la tête, les transepts forment les bras, et la nef le tronc et les jambes.
Saint Paul utilise cette image du corps du Christ pour parler de l’Eglise (1Cor 12, 27) « 
Vous êtes corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes membres de ce corps. » Ce corps a donc son unité, chacun y œuvre selon son rôle en tenant compte des autres, chacun y a soucis du voisin.
La tête de ce corps est le Christ : St Paul le dit encore : « 
Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église » (Col 1, 18). En effet, le chœur de l’église, la tête de la croix, est le lieu de la célébration qui rend présent le Christ de manière plus particulière, alors que l’assemblée se réunit dans la nef et les transepts.

 

L’église est généralement axée (elle peut être aussi centrée pour des raisons particulières).

 

L’axe tourne l’assemblée (l’ekklesia) vers une direction commune.
Il crée un chemin, avec une progression : l’axe représente l’idée chrétienne du temps, avec un passé (la mort : « 
Dans le baptême, vous avez été mis au tombeau avec lui et vous êtes ressuscités avec lui.» (Col 2, 12)), un présent (la vie), un futur (le retour du Christ dans la gloire, la résurrection de la chair, et la vie éternelle). Dans l’anamnèse, on chante « Tu étais mort, tu es vivant, tu reviendras » avec le passé, le présent, le futur.
Le chemin permet les processions qui symbolisent le « 
pèlerinage sur la terre » que sont nos vies.
Il peut exprimer aussi le désir de voir Dieu qui motive nos vies : Psaume 41 (2-3)
« Comme un cerf altéré cherche l'eau vive, * ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ; * quand pourrai-je m'avancer, paraître face à Dieu ? »

 

L’église est généralement orientée, c’est-à-dire tournée vers l’Orient (l’Est).

 

L’est est la direction du matin de Pâques.
Une antienne de l’Avent appelle le Christ « Orient », en écho au cantique de Zacharie que l’Eglise chante chaque matin :
« le soleil levant nous a visités d'en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de la paix. » (Luc 1, 76-79)
Jésus lui-même, dans l’épilogue de l’Apocalypse, se désigne comme l’Etoile radieuse du matin : « Moi, Jésus, j'ai envoyé mon Ange publier chez vous ces révélations concernant les Eglises. Je suis le rejeton de la race de David, l'Etoile radieuse du matin. » (Ap 22, 16)
Et dans les remparts de Jérusalem, la Porte Dorée est à l’est. C’est par cette porte que les juifs attendent l’entrée du Messie qui doit venir.
Tournés dans cette direction, les chrétiens montrent leur foi dans le Christ et en sa résurrection, et leur espérance de son retour.

► A l’époque gothique, le chevet de l’église (à l’est) est percé d’une fenêtre. Dans certaines chapelles, c’est l’unique ouverture.

 

L’orientation de l’église définit toute une géographie symbolique.

 

Si l’est symbolise le Christ ressuscité et la vie éternelle, l’ouest représente la mort, et le nord la nuit de ceux qui ne connaissent pas Dieu. C’est pourquoi les baptistères sont souvent situés au nord- ouest de l’église.

Le sud par contre, est le côté de ceux qui voient déjà la lumière de Dieu : baptisés ou défunts.
C’est pourquoi on trouve souvent les portes ou les porches d’entrée du côté sud (pour une question de confort aussi), et les ossuaires au sud-ouest.

► Seules les églises paroissiales possèdent un baptistère.
► Le porche sud peut contenir un décor qui rappelle son baptême à celui qui entre : c’est la porte de l’Eglise, il est revêtu de lumière, il contient les statues des 12 apôtres porteurs des 12 phrases du credo, il contient un bénitier avec de l’eau bénite.

 

L’église entière est organisée pour conduire au chœur, tête de la croix.

 

Le chœur est terminé par le chevet, qui peut prendre différentes formes : plat, à pans coupés, en abside (rond).
► Il est percé de fenêtres jusqu’aux époques gothiques et Renaissance (XVe, XVIe siècle), puis orné d’un retable monumental aux époques qui suivent le Concile de Trente (XVIIe, XVIIIe).

Quelque soit son décor, le chœur exprime la lumière et la gloire de Dieu vers laquelle tous se dirigent pour y prendre part.
En son centre se trouve 
l’autel, pièce majeure de l’édifice, sa « pierre d’angle ».

L’autel est consacré par une onction d’huile et contient des reliques de saints, en écho à cette parole de l’Apôtre Jean dans l’Apocalypse : « J’ai vu sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la

parole de Dieu et du témoignage qu’ils avaient porté » (Apocalypse 6,9). L’autel représente le Christ qui a offert sur l’autel de son corps le sacrifice de sa vie pour le salut de tous les hommes, et leur ouvrir la vie éternelle.
► Depuis le Concile de Trente (XVIe siècle), l’autel est surmonté du tabernacle qui conserve les hosties consacrées à la messe, devenues corps du Christ. C’est autour de lui que s’organise le décor du retable.

► Depuis le Concile Vatican II (1962-1965), le tabernacle n’est plus nécessairement sur l’autel de la célébration.

 

Quelques figures géométriques se retrouvent régulièrement dans les églises.

 

Comme dans de nombreuses cultures, le carré signifie la terre : les 4 points cardinaux, les 4 éléments, la stabilité ; le cercle qui n’a ni début ni fin, représente la voûte céleste infinie, ou Dieu éternel. Quand ils sont associés, juxtaposés ou fondus dans la forme octogonale, ils signifient l’alliance de la terre et du ciel.

Ainsi l’octogone est la solution technique en architecture pour poser une coupole sur 4 piliers, comme on en trouve parfois au cœur de l’église, à la croisée du transept.

Plus généralement, l’octogone est un symbole du baptême, sacrement qui crée dans la personne du baptisé, l’alliance des filiations terrestre et divine. C’est pourquoi baptistères et bénitiers sont souvent octogonaux, ou associent plus simplement carré et cercle.

L’octogone décline d’autres symboles baptismaux grâce au chiffre 8 qui le caractérise : le 8jour est celui du dimanche matin, jour de la résurrection ou de la création nouvelle qui succède aux 7 jours de la 1ère création ; il y a 8personnes dans l’arche de Noé, huit personnes sauvées des eaux de la mort pour une création nouvelle. St Pierre l’explique lui-même : « Quand Noé construisit l’arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau. C’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant. » (1P, 3, 20-21).

 

Les murs de l’église sont percés de fenêtres habillées de vitraux.

 

La lumière qui les traverse est tamisée pour créer dans l’édifice une atmosphère de recueillement et de paix. Le vitrail symbolise aussi la lumière divine entrant dans le monde et l’intelligence humaine, pour l’éclairer, sans la forcer et sans la briser.

« Les fenêtres vitrées qui sont dans l’église et par lesquelles (...) se transmet la clarté du soleil signifient les Saintes Ecritures, qui repoussent de nous le mal, tout en nous illuminant. » (Pierre de Roissy, Chartres, vers 1200).

► A l’époque romane, le vitrail sert essentiellement à faire jouer la lumière des différentes heures du jour dans l’architecture.
► A l’époque gothique, les vitraux mettent en lumière la Parole de Dieu à travers des représentations historiées de scènes bibliques et de leur interprétation. La richesse des couleurs évoque les pierres précieuses dont est parée la Jérusalem céleste de l’Apocalypse.
► A l’époque baroque, les fenêtres ont pour mission principale de donner à l’église une belle lumière blanche de paradis, et d’éclairer le retable du choeur. C’est pourquoi les vitraux sont plutôt blancs.
► Quand ils représentent des saints, les vitraux peuvent signifier que ces

personnes se sont rendues transparentes à l’amour de Dieu, et que leur sainteté rayonne pour les autres, chacune d’une manière unique.

 

L’église a une dédicace.

 

L’Eglise, assemblée, est en communion avec tous les saints du ciel, surtout

lorsqu’elle célèbre la liturgie qui s’associe à la liturgie céleste.

La nef contient des figures de saints, souvent sculptées, qui signifient cette communion.
L’église est aussi 
dédicacée à un ou plusieurs saints en particulier.
Leur image peut alors figurer dans le chœur ou être honorée de manière plus visible.

► Les églises paroissiales sont souvent dédiées aux saints Pierre et Paul, fondateurs de l’Eglise. Mais la dédicace peut aussi avoir des raisons géographiques (St Michel sur les hauteurs par exemple) ou historiques : culte particulier à la vierge, souvenir d’un vœu, saint fondateur de la paroisse, etc.

► Les reliques du saint dédicataire sont placées de préférence dans le

martyrium de l’autel majeur.
► La fête du saint détermine la fête patronale, ou le pardon.

► Afin de rendre plus clair le lien entre la figuration sculptée et la personne représentée qui est vivante dans la vie éternelle, on ne met pas plusieurs images du même saint dans la même église.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une journée à Sainte-Anne d’Auray avec vos élèves

Festival_des_jeunes_Ste_Anne_juillet_2006_172_(2).jpg

Nous vous accueillons avec vos élèves, pour une journée au cœur du lieu de pèlerinage le plus fréquenté en Bretagne.

CONTACTS ET INFORMATIONS

 

Réservez votre journée

(et pour toute question)

Laurence LOURO
Secrétariat du Sanctuaire
02 97 57 58 50
secretariat@sainteanne-sanctuaire.com

www.sainteanne-sanctuaire.com
Une offrande est conseillée, pour l’occupation des salles et les services rendus, de 2,5€ par élève

 

 

Le programme de cette journée peut être modulé en fonction de vos besoins.

Par exemple, l’un(e) ou l’autre des horaires/des activités peut-être adapté(e) ou écarté(e).

 

Informez-vous sur les expositions

(parcours, visites guidées et supports pédagogiques)

Claire LOEZIC
Académie de Musique et d’Arts Sacrés
02 97 57 55 23

accueil@admas.fr

www.academie-musique-arts-sacres.fr
Une participation de 1,5€ par élève est souhaitée

 

 

Exposition 2015, galerie supérieure du cloître :

1625 – 2015 : Ste-Anne d’Auray, histoire d’un sanctuaire en pays breton Du 16 mai au 1er novembre 

Conférences / Formations Audios

Retrouvez sur la chaîne Youtube du Sanctuaire toutes les conférences et formations chrétiennes, bibliques à cette adresse internet :

 

https://www.youtube.com/channel/UCNDPZlB8az81e93jkWgTsuQ/playlists

 

Vidéos classées de la plus ancienne en premier à la plus récente en dernier.


Lien vers la chaîne Youtube du sanctuaire

Formation chrétienne

JN0785.jpg

Tout au long de l'année, vous trouverez à Sainte-Anne, des formations pour l'approfondissement de votre foi.


N'hésitez pas à contacter l'accueil, si vous souhaitez des informations supplémentaires : 02 97 57 56 53.


Accueil - infos

SANTA CAUSA - Allumer un cierge à sainte Anne d'Auray

Veilleuses_Santa_Causa_Page_1.jpg

Allumer une veilleuse à distance - Déposer une intention de prière. A tout moment de la journée, je me connecte sur le site web : www.santacausa.com
- Allumer un cierge - Ste Anne d'Auray - Je...

Une journée à Sainte-Anne d’Auray avec vos élèves

1UNE_JOURNEE_A_STE_ANNE-1.jpg
Le mardi 1 janvier 2019

Nous vous accueillons avec vos élèves, pour une journée au cœur du lieu de pèlerinage le plus fréquenté en Bretagne. C’est ici qu’au XVIIe siècle sainte Anne, grand-mère de Jésus Christ, apparaît au paysan Yvo...

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2019 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales