Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

16ème Dimanche ordinaire « C » - 17 Juillet 2016

Frères et sœurs, en ces mois de voyages et de rencontres, quoi de plus essentiel que l’accueil ?

Nous sommes tellement heureux d’être bien accueillis, lorsque nous sentons que notre arrivée, notre visite font plaisir, que l’on prend du temps pour nous, lorsque chacun met du sien pour nous recevoir.

 

Les lectures de ce jour nous donnent deux exemples.

"Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour. Levant les yeux, il voit trois hommes qui se tenaient debout devant lui".

 

Avec un empressement qui en dit long sur la manière d’accueillir au Moyen Orient, Abraham court à leur rencontre, se prosterne et salue avec déférence celui qu’à travers les visiteurs, il reconnaît comme son Seigneur.

 

Il fait apporter l’eau pour laver les pieds des visiteurs, leur offre de se reposer à l’ombre, fait confectionner les galettes pour reprendre des forces. Il court au troupeau, y choisit un veau et le fait servir à ses hôtes. Il y ajoute le pain, le fromage et le lait. Quel accueil, quelle générosité, quelle attention à ses visiteurs !

 

Son hospitalité ne s’arrête pas là. Écartant toute autre activité, Abraham se tient près d’eux, sans rien dire, rempli d’une profonde attention. Ainsi offre-t-il et sa table et son cœur, ses biens matériels et son attention spirituelle.

 

L’épître aux hébreux se souviendra de cela en rappelant aux chrétiens : "N’oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges !"

 

L’Évangile de ce jour nous rapporte l’hospitalité de Marthe et Marie, à l’égard de Jésus.

Comme à Mambré, mêmes préoccupations matérielles pour bien recevoir l’hôte : "Marthe, précise saint Luc, était accaparée par les multiples occupations du service". Même attention au visiteur : " Marie, se tenant aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole".

 

Tout débutait bien, mais la jalousie se glisse dans l’esprit de Marthe et l’oppose à sa sœur Marie : "Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma sœur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider" reproche Marthe.

La réponse de Jésus ne se fit pas attendre. Il rappelle ce qu’est la parfaite hospitalité, invitant au spirituel au-delà du matériel : "Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée".

 

La réponse de Jésus à Marthe ne méprise pas son généreux dévouement, mais l’invite à ne pas mépriser sa propre sœur. L’accueil matériel est incomplet s’il manque l’écoute du cœur. Marthe faisait bien de tout préparer dans la maison, mais fait un reproche à  sa sœur inactive en interpellant Jésus.

Elle n’est plus dans le don gratuit mais dans le jugement. L’erreur de Marthe, nous la faisons si souvent, dans la vie quotidienne : "J’en fais tellement, mais que font donc les autres ! ". En jugeant, nous n’aimons plus, nous nous enfermons dans notre suffisance.

La réponse de Jésus est nette, coupant court à toute rivalité.

 

Sœurs et frères, puissions-nous offrir à toute personne accueillie, comme au Christ, et le dévouement de Marthe et l’écoute de Marie. Puissions-nous offrir, sans rien opposer, notre cœur autant que nos mains.

Depuis la venue de son fils, Dieu a élu hospitalité chez nous. Quel honneur pour nous.

Maintenant, disposons nos cœurs à recevoir le Christ, dans cette eucharistie.


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales