Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

23ème Dimanche Ordinaire « A » - 10 Septembre 2017

« Je fais de toi un guetteur. » Ces mots sont ceux du Seigneur au prophète, chargé de veiller, d’être attentif, de scruter l’horizon, de prévenir, de mettre au courant, de mettre en garde pour que le peuple d’Israël reste fidèle à son Dieu et ne se laisse pas détourner du bon chemin par les païens, les adorateurs d’idoles, les destructeurs de toutes sortes.

 

Frères et sœurs, ces mots nous sont adressés à nous aussi qui avons la charge, la responsabilité de transmettre à la génération à venir le message que nous avons reçu de nos parents, de nos éducateurs.

 

Ceux-ci ont été pour nous des guetteurs. Ils nous ont transmis ce qu’ils ont eux-mêmes reçus. Ils ont guetté, veillé pour que nous grandissions dans la foi. Ils nous ont mis en garde contre tout ce qui aurait pu nous détourner de l’Evangile. Ils ont tout fait pour que nous choisissions ce qui fait grandir en sagesse, en sainteté, pour vivre une vie heureuse, débordante de joie, de générosité, d’esprit de service, dans la fidélité à l’Eglise et c’est grâce à eux que nous sommes là, peut-être dans un retour après des chemins détournés et des fausses routes.

 

Nos parents ont guetté sur notre croissance physique, scolaire, spirituelle pour que notre vie s’épanouisse. Ils ont veillé, ils ont guetté, bien souvent dans l’anxiété, tout ce qui aurait pu nous arriver et nous empêcher de vivre heureux.

 

L’Eglise, elle aussi, aujourd’hui, comme toujours, doit être un guetteur pour le monde, pour lui indiquer la direction, pour l’informer, pour l’avertir des dangers, pour que les hommes, créés à l’image de Dieu, voient leur vie se dérouler dans la paix, la justice, le respect pour tous. C’est ce que fait le Pape François ces jours-ci, en Colombie, invitant à la paix, à la réconciliation.

 

C’est par souci de son peuple que le Seigneur demande à son prophète de devenir guetteur. C’est par amour pour chacun de ses enfants qu’il demande à chaque chrétien d’être attentif, vigilant, de rester éveillé.

 

C’est dans cet esprit que Jésus demande à chacun de nous aller trouver son frère qui a commis une faute, non pour le juger, le condamner, mais le sauver, pour qu’il ne s’y enfonce pas davantage, qu’il reprenne le bon chemin.

 

Démarche ô combien difficile ! Tout avertissement doit être fait avec amour, car, dit Saint Paul « N’ayez de dette envers personne sauf celle de l’amour mutuel. » et « le plein accomplissement de la loi, c’est l’amour. »

 

Frères et sœurs, puissions-nous avoir ce cœur évangélique qui nous fait avertir un frère ou une sœur qu’il se trompe de chemin pour qu’il ne s’égare pas davantage sans oublier que  celui qui avertis son frère est lui-même pécheur et non exempt de reproche.  Que le Seigneur nous donne amour, miséricorde et humilité.


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales