Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

6ème Dimanche Ordinaire « A » - 12 Février 2017

Jésus vient faire du neuf, mais il n'abolit pas les commandements de l'Ancien Testament.

Il les radicalise, parfois jusqu'à penser qu'il les rend impossible à observer. Il nous demande de choisir entre une obéissance étroite et l’amour sans limites.

Vivre notre foi jusqu’au bout de ses exigences est un travail sur soi de toute une vie.

La vie chrétienne est un chemin d'endurance. Il ne s'agit pas seulement d'obéir à des commandements, il faut apprendre à aimer comme Dieu nous aime.

Les scribes et les pharisiens étaient pour la plupart des hommes droits et religieux qui étaient devenus des hommes de l'observance rigide de la loi, des spécialistes d'innombrables préceptes qu'ils imposaient aux gens.

 

Mais, pour entrer dans le Royaume de Dieu, il ne suffit pas d'observer une loi.

Nous pouvons obéir aux commandements et avoir un cœur sec et dur. Jésus nous invite au pardon, à la compassion, au service.

Jésus remplace les exigences du légalisme des pharisiens par celles beaucoup plus grandes de l’amour. Il enseigne les exigences de l’amour, qui vont bien au-delà de ce que peut demander la stricte justice.

Jésus propose une autre façon d’observer la Loi. Il s'agit de changer nos cœurs.

Les commandements demeurent, mais avant d'être des balises, des bornes pour nos actions, ils sont une invitation à la conversion du cœur.

Jésus s’adresse à notre intelligence, à notre responsabilité dans le respect de notre liberté.

« Il dépend de ton choix de rester fidèle » disait Ben Sirac le sage.

« La vie et la mort sont proposées. »

La vie, c’est l’obéissance aux commandements du Seigneur, mais avec amour. Comme le dit une des prières de la liturgie : « Donne-nous d’aimer ce que tu commandes », non seulement d’y obéir à ce que tu commandes, mais d’aimer.

Aimer obéir aux commandements, cela semble bien loin, mais cela est possible si nous acceptons les commandements de Dieu comme un chemin de bonheur.


Frères et sœurs, la Parole de Dieu de ce jour nous pousse à l’essentiel, à vivre de la sagesse de Dieu,  «  la sagesse du mystère de Dieu » écrit saint Paul. « La sagesse du Seigneur est grande » disait déjà le sage de l’ancien testament.

 

La véritable sagesse est d’aimer comme Dieu.

Nous savons que nous en sommes loin.

Tout à l’heure, certains d‘entre nous vont renouveler les promesses de leur mariage, de s’aimer jusqu’au bout, au-delà des tempêtes, des fragilités de toutes sortes.

Vous savez quelles vagues dévastatrices auraient pu vous faire basculer et vous faire dériver vers des rivages inconnus. Vous avez tenu bon, fidèles à la grâce de votre mariage.

Aujourd’hui, il vous faut dire merci et humblement rendre grâce à notre Dieu qui est plein de tendresse, d’amour et de pardon.

 

En même temps, nous prions pour vous qui avez vécu un échec et qui êtes là, fidèles à servir le Seigneur, car vous avez toute votre place dans la communauté chrétienne, comme l’avait dit Jean-Paul II ici même.

 

Nous tous, frères et sœurs, quel que soit notre état de vie, nous sommes tous appelés à la sainteté, à la perfection, en nous sachant pécheurs. Mais Dieu est plus grand que notre cœur.


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales