Shrine of Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homelies

Sorry, this page is not available in English, it is displayed in the default language


Dimanche 11 novembre 2018 - 32e Dimanche ordinaire - B

8le-pere-Gwenael_Mauray_recteur-de-la-basilique-sainte-anne_3900114_267x330p.jpg

Révolution de palais, ou plutôt de Temple. Il y a dans les trois lectures que la liturgie nous invite à méditer une grande cohérence. Alors que le credo d'Israël était « un Dieu, un Temple, une Terre et un Roi », Elie quitte cette Terre pour la ville de Sarepta en Phénicie. Et c'est là, en dehors de la Terre Promise, victime d'une grande sécheresse, que le prophète fait un miracle : « La religion n'est plus ce qu'elle était » diraient certains. A des juifs chrétiens nostalgiques des solennelles liturgies du Temple : « Vous vous rappelez, c'était quand même mieux la messe d’autrefois, et puis on avait le sens du sacré... » A ces juifs chrétiens, qui regrettent le Temple que les romains viennent de détruire, la lettre aux Hébreux dit : « ce n'est pas le Temple l'important, le problème est réglé une fois pour toute, un matin de printemps, lorsque le Christ est passé de la mort à la vie. Il nous a donné définitivement accès à Dieu. Il est le seul véritable prêtre dont les prêtres ne sont que les ministres… » Et tant pis pour nous les prêtres. Restons à notre place. Enfin, dans l’évangile, Jésus lui-même s'y met. Nos ors et nos richesses ne l'impressionnent pas. Ce qui compte ce n'est pas le Temple, mais le cœur de l'être humain, de cette pauvre veuve qui donne avec tout son cœur. Car c’est bien de cela dont il s’agit. La foi chrétienne est d’abord une histoire de cœur… L’autre jour, le père Joël, à table,  a partagé avec nous un texte de St Augustin (homélie sur la 1ère lettre de St Jean) :

L’amour change tout… Le devoir sans amour nous rend acharné, La responsabilité sans amour nous rend impitoyable, La justice sans amour nous rend dur, La vérité sans amour nous rend critique, L’intelligence sans amour nous rend rusé, La gentillesse sans amour nous rend hypocrite, L’ordre sans amour donne un esprit étroit, L’honneur sans amour nous rend orgueilleux, La possession sans amour nous rend avare, La foi sans amour nous rend fanatique, La vie sans amour est sans valeur, Aimes et fais ce que tu veux. Si tu te tais, tais-toi par amour, Si tu parles, parles par amour, Si tu corriges, corriges par amour, Si tu pardonnes, pardonnes par amour, Aies au fond du cœur la racine de l’amour : De cette racine, rien ne peut sortir de mauvais.

Au fond, c’est bien cela cette histoire de la pauvre veuve… St Augustin l’a bien compris, que nous soyons riche ou pauvre, quelques soient nos sensibilités, nos choix, l’Evangile nous invite à vivre dans l’amour à la manière de l’Evangile. Et puisque nous sommes le 11 novembre, rappelons-nous que c’est sans doute ce qui avait manqué entre Allemands et Français. Il aura fallu trois guerres et des millions de morts pour qu’enfin nous nous réconcilions vraiment, et fassions la paix. C’est vrai entre les peuples, c’est vrai entre membre d’une même communauté, c’est vrai entre les personnes. Il me semble que le mémorial, au cœur de ce sanctuaire, non seulement nous rappelle ces millions de morts, mais il nous invite à un dépassement. Ce fut le cri de St Paul VI à la tribune de l’ONU : « Plus jamais la guerre ! Plus jamais la guerre ! ». Et pour cela rappelons-nous l’attitude de la pauvre veuve : « Aime et fais ce que tu veux » disait St Augustin.

Merci à toi Joël de nous avoir partagé ce beau texte de St Augustin qui illustre bien l’évangile de ce jour. Merci à toi aussi Adrien de nous rejoindre comme chapelain de la basilique. Je me dis que ce pourrait non seulement être comme la règle d’or de cette équipe fraternelle de prêtres au service du sanctuaire, mais ce devrait être la règle d’or de tous ceux et celles qui viennent dans ce sanctuaire. Faisons une communauté fraternelle. Frères et sœurs ne nous enfermons pas dans toutes ces petitesses du quotidien ! La pauvre veuve nous montre un chemin. St Jean Paul II, dans ce sanctuaire, ne nous a-t-il pas invités à construire une civilisation de l’amour ? Merci à toi Adrien, merci à toi Joël, merci à vous tous d’être là : construisons ensemble cette fraternité. En ce 11 novembre, c’est le meilleur moyen de construire la paix : « aime et fais ce que tu veux » ! C’est le meilleur hommage que nous puissions faire à ceux qui sont morts pour notre pays : « Aime et fais ce que tu veux. »                                                                         

P. Gwenaël Maurey


Display the whole heading

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2019 Azimut Communication - Website design & Interactive kiosks
Tweeter | Facebook | Site map | contact | Legal information