Shrine of Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homelies

Sorry, this page is not available in English, it is displayed in the default language


Dimanche 16 décembre 2018 - 3e Dimanche de l’Avent - C

4le-pere-Gwenael_Mauray_recteur-de-la-basilique-sainte-anne_3900114_267x330p.jpg

« Que devons-nous faire ? » demande-t-on à Jean. Et celui-ci parle de partage, de justice et de paix à un peuple en attente du Messie…En ce dimanche de Gaudete, de la joie, c’est donc la figure de Jean qui nous est donnée. Il nous interpelle : « Que faisons de ce temps de l’Avent ? Attendons-nous quelqu’un ? Préparons-nous la venue du Seigneur dans nos vies ? »

Cette semaine, à une classe de tout petits, j’ai posé une question maladroite : « Qu’attendez-vous dans quelques jours ? ». L’un, de façon spontanée, m’a répondu : « Les cadeaux du Père Noël ! ». Il y a là une évidence et une question. Une évidence : ces fêtes de Noël risquent de nous enfermer dans une logique de consommation desséchante qui n’est plus au service du mystère de Noël. Une question : comment réinvestirons-nous ce calendrier chrétien pour que les enfants y découvrent le mystère de Noël ? Cela me fait penser à une histoire. C’était il y a trois quatre ans, nous avions décidé d’inviter St Nicolas à la messe d’un dimanche de l’Avent au plus près du 6 décembre, jour de la fête de ce saint évêque. Et voici un petit bonhomme de trois ans avec une bouille d’ange à faire craquer toute l’assemblée. A la fin de la messe dominicale, lorsque nous avons eu la visite de St Nicolas en personne, il s’est précipité vers l’illustre évêque ami des enfants. Il faut dire que notre St Nicolas était beau avec sa chasuble rouge, sa mitre dorée, une belle crosse, et une belle barbe blanche bouclée. Il avait fière allure. Mais là, déception, et notre petit garçon de revenir voir sa mère : « Ce n’est pas le Père Noël ! ». Cela ne l’empêchera pas de revenir voir St Nicolas lorsqu’il se rendra compte qu’il distribue des gâteaux aux enfants sages.

Je reconnais que tout cela m’a laissé songeur. Nul n’aurait l’inconscience de nier publiquement l’existence du Père Noël. Beaucoup de parents ne comprendraient pas une telle attitude. Et puis, il est présent partout en ces jours qui précèdent Noël. Une année, on m’a même proposé qu’il descende solennellement du toit de l’église… Mais c’était il y a longtemps. Pourtant, un merveilleux chassant l’autre, il ne faudrait pas que le Père Noël soit mis, dans le merveilleux des enfants, au même niveau que l’Enfant de Bethléem. Alors pourquoi ne pas nous rappeler que, historiquement, le vrai prénom du Père Noël c’est Nicolas : Santa Claus. C’est une firme américaine qui, pour des raisons commerciales, lui a donné les couleurs de ses célèbres bouteilles de soda… Serait-il inconvenant de dire aux plus jeunes que c’est la mission du Père Noël ou mieux, de son vrai nom, St Nicolas de nous aider à vivre la fête de Noël, et sa préparation, comme la venue dans nos vies de l’Enfant Jésus, le Christ de Dieu ? Voilà mon songe de Noël. Et je suis sûr que ce petit garçon vivra, à sa façon, comme un enfant de trois ans, le mystère de Noël. Et dans ses yeux s’allumera une lumière qui vient d’ailleurs. C’est au moins la prière que nous pouvons faire : qu’au-delà des tourbillons de notre société de consommation, cet enfant découvre le vrai mystère de Noël fait de partage et d’attente de la venue de Jésus. Mais au fond, quelque soit notre âge, croyons-nous au Père Noël ? Qu’avons-nous fait du vrai Mystère de Noël fait de partage et d’attente de la venue de Jésus ?

P. Gwenaël Maurey


Display the whole heading

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2019 Azimut Communication - Website design & Interactive kiosks
Tweeter | Facebook | Site map | contact | Legal information