Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

Fête de l'Epiphanie - 3 Janvier 2016

Frères et sœurs, l’Eglise nous fait lire ceci : « Aujourd’hui, l’Eglise est unie à son époux : le Christ, au Jourdain, la purifie de ses fautes, les mages apportent leurs présents aux noces royales, l’eau est changée en vin, pour la joie des convives. »

 

Ce qui veut dire que pour l’Eglise, le Baptême de Jésus, l’Epiphanie et les noces de Cana sont un seul et même mystère : celui de la révélation de Jésus comme Fils de Dieu, comme sauveur. Il se manifeste, il se révèle à nous de différentes manières.

 

C’est avec les bergers et les mages venant rendre grâce et adorer que je voudrais vous souhaiter à tous une bonne et sainte année. Que chacun puisse vivre en paix, dans l’espérance, dans la joie. Que l’enfant de Bethléem fasse disparaitre de nos cœurs toute peur, toute angoisse.

 

Merci à tous ceux et celles qui font vivre ce sanctuaire de tant de manières différentes.

Ce lieu est un lieu d’espérance. Faisons tout pour qu’il le reste, pour qu’il se développe pour que chacun s’y sente bien, accueilli avec bienveillance, regardé avec amitié, écouté avec patience.

 

Nous sommes dans l’année de la miséricorde. Nous sommes appelés à franchir la porte sainte qui est celle qui se trouve près de l’autel Keriolet. En la franchissant, nous sommes invités à prier devant celui qui le grand témoin de la miséricorde de Dieu, à nous confesser, à participer à l’eucharistie, à communier, à prier aux intentions du Saint Père. Beaucoup sont venus se confesser entre le 8 Décembre et Noël. Les confessions continuent depuis et ne cesseront pas. C’est le sacrement de la miséricorde qu’il nous faut recevoir pour bénéficier pleinement de l’amour du Seigneur qui n’aime rien autant que pardonner.

 

Nous prions pour la béatification d’Yvon Nicolazic, nous le ferons pour celle de Pierre De Keriolet, à la demande de notre évêque.

Je vous invite à prier devant leur tombeau et à nous signaler toute grâce reçue.

 

Frères et sœurs, en ces temps troublés, nous sommes invités à redoubler de louange et de supplication devant le Seigneur.

 

Nous sommes appelés à être ces bergers qui vont dire ce qu’ils ont vu et entendu. Nous ne pouvons pas garder pour nous l’annonce de cette merveille.

Nous sommes appelés à être crèche pour accueillir Jésus et à le donner.

Nous sommes appelés à être étoile pour guider ceux qui marchent dans les ténèbres.

Nous sommes appelés à être, comme les mages, des curieux de l’invisible, des chercheurs et des adorateurs de Dieu.

 

Comme les mages, certains font une longue route avant de découvrir le sauveur. Il faut quelquefois des années et des années, des erreurs, des fausses routes, des recherches. Dans des lieux comme celui-ci, nous sommes témoins de ces chercheurs de Dieu ou plutôt des merveilles que fait le Seigneur chez ceux qui cherchent ou même chez certains qui n’ont rien cherché mais qui découvrent émerveillés l’amour de Dieu et comme les mages, « ils éprouvent une grande joie. » en voyant l’étoile, en reconnaissant le sauveur, celui qui les aimait sans qu’ils le sachent et ils retournent chez eux par un autre chemin, c’est à dire par un autre chemin intérieur, autres, autrement, transformés, reconnaissant Dieu-sauveur dans le petit, le faible, le fragile.

 

Cette basilique est bien un lieu de chercheurs de Dieu, de chercheurs de signes, de chercheurs de témoins, de veilleurs, de guetteurs. Qu’y a-t-il derrière chaque pas de pèlerins, derrière chaque veilleuse qui brûle jour et nuit. « Où est le roi qui vient de naître ? ». Chacun n’a-t-il pas une question similaire à l’esprit : « Où trouver le vrai bonheur ? Qui est le sauveur ? Qui est Jésus ? Qui nous gardera dans l’espérance face aux drames de la vie ? »

 

Les mages ont trouvé le sauveur et se sont prosternés devant lui. Que pouvons-nous faire de mieux ? Prosternons nous devant lui qui s’est abaissé. Prenons le temps de l’adorer. Comme les mages, offrons-lui ce que nous avons de meilleur : l’amour que lui-même a mis dans nos cœurs.

 

Aujourd’hui, demain, au cours de l'année qui commence, par une étoile, le Seigneur nous fera encore signe. Aujourd'hui, demain, par telle rencontre, en apparence sans importance, il nous appellera.

 

Aujourd'hui, demain, quelle étoile allons-nous suivre ? Quelle étoile serons- nous pour nos frères ?


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales