Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

Homélie - 14ème Dimanche Ordinaire - 5 Juillet 2015

Qu’est-ce qu’un prophète ? C’est un homme qui a reçu une mission, un porte-parole au sens strict du terme. Il est l’opposé d’un démagogue, de celui qui veut plaire à tous : il dérange. Il est envoyé pour avertir une religion, une société qui ne voit pas, ne voit plus, ne peut plus voir qu’elle dérive, qu’elle va dans le mur, comme on dit aujourd’hui.

 

C’est une mission à haut risque : les trois témoins dont nous parlent les lectures de ce Dimanche en ont fait la cruelle expérience : Ezéchiel dépêché auprès d ‘un « peuple de rebelles », Saint Paul conscient de ses faiblesse, Jésus mal reçu «  dans son propre pays et dans sa famille. »

 

Les prophètes sont une chance pour le monde. Les pires périodes de l’histoire d’Israël sont celles où les prophètes ont été éliminés. Un monde sans prophètes serait un monde lâché par Dieu et livré à lui-même, comme un enfant que ses parents n’avertiraient pas des dangers qui le menacent. Mais le Seigneur envoie toujours « ses serviteurs, les prophètes ». Ils sont le signe que son amour ne nous abandonne jamais.

 

Aujourd’hui comme hier Dieu envoie des prophètes, connus ou inconnus. Ils dénoncent l’injustice, le mensonge, au risque des incompréhensions, des critiques, des persécutions ou même de leur vie. Ils proclament la parole de Dieu « à temps et à contre temps. » dans nos sociétés malades de leurs contradictions entre leur désir de vivre et leur culture de mort. Face aux idoles modernes qui avilissent, ils disent Dieu. Ils sont des veilleurs qui avertissent des dangers de la nuit et montrent l’espérance que donne l’aurore.

 

Quel accueil faisons-nous aux prophètes que Dieu nous envoie, ceux-là qui montrent la direction et qui ne sont pas ceux que cajolent des médias pervertis par l’argent et rongés par le désir du succès.  Nicolazic fut un prophète en ce lieu pour son époque et pour aujourd'hui encore, par sa vie de famille, de travail, par le message reçu et aussi sa fuite des foules qui voulaient le voir. Keriolet le fut aussi par sa conversion radicale, son ordination, son amour des plus pauvres.

 

Frères et sœurs, nous aussi, au jour de notre baptême, nous avons été marqués pour être prophètes. Nous avons à être des porte-paroles. Si nous démissionnons, qui le fera ? Où ira le monde si les chrétiens ne disent pas des paroles de foi, d’encouragement, d’espérance, même s’il faut le faire à contre-courant, dans une société où se multiplient les sans domicile fixe, les sans travail fixe, les sans amour fixe, les sans valeurs fixes ?

 

Parole bienfaisante, parole exigeante, que cette parole de Dieu.

Nous sommes bousculés par cette parole de Dieu. L’acceptons-nous totalement ? Et acceptons-nous la parole de l’Eglise qui est si souvent tronquée au détriment de la vérité ? Notre Eglise qui montre la direction mais qui n’est pas de ceux que cajolent des médias pervertis par l’argent et rongés par le désir du succès.

 

Des prophètes meurent, partout dans le monde, car ils disent la vérité du Christ. Ils savent ce que veut dire la parole de saint Paul : « Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. » Puissions-nous, comme eux, mettre notre force dans le Christ seul.


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales