Shrine of Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homelies

Sorry, this page is not available in English, it is displayed in the default language


Homélie de la messe du dimanche 3 novembre 2019 - 31ème dimanche T.O, année C

280px-Mgr_Laurent_Percerou_(2015)_(2).jpg

Rassemblement National Routiers et Feu de Toussaint Scouts Unitaires de France

Zachée cumule les handicaps :

Il est le « chef des collecteurs d’impôts », c'est-à-dire le chef des publicains. Pour ses frères juifs, c’est donc un collaborateur de l’occupant romain puisqu’il collecte l’impôt pour lui. Il est donc un traître ! Et ce collecteur d’impôts est riche ! De là à penser qu’il a acquis cette richesse sur le dos de ses compatriotes, en prélevant plus que les romains ne demandaient, il n’y a qu’un pas ! Il est donc considéré comme un voleur, et donc un pécheur ! De plus, il est de petite taille. Au mépris et à donc à l’exclusion dus à sa profession et à son rang social, s’ajoute son apparence physique : il est petit ! Et sa petite taille attire sans doute sur lui quolibets et moqueries. Autant de handicaps qui l’empêchent de trouver sa place, sa juste place, dans cette ville de Jéricho et, plus largement, l’empêche de trouver le bonheur que chacun est pourtant appelé à connaître.

 

« Il cherche à voir qui était Jésus », notons d’emblée la nuance : il ne cherche pas à voir Jésus mais à voir qui était Jésus, et cela change tout ! Zachée ne veut pas simplement voir Jésus comme on va voir une vedette du show-biz montant les marches du palais du festival de Cannes ! Il veut voir qui il est, il veut le connaître ! Et comment nous y prenons-nous quand nous voulons connaître quelqu’un ? Nous prenons rendez-vous avec lui. Mais Zachée n’osera jamais aborder Jésus pour prendre rendez-vous. Avec la réputation qu’il a, jamais on ne le laissera l’approcher. Aussi, il n’y a qu’une solution, que ce soit Jésus qui s’invite chez lui… Après tout, ne dit-on pas que Jésus fait bon accueil aux pécheurs, aux publicains et aux prostituées, au point que les chefs des prêtres et les pharisiens veulent sa mort ? Pour cela, il n’y a qu’une solution, se faire voir afin d’éveiller la curiosité de Jésus. Et pour cela, Zachée, chef des publicains, personnalité détestée, mais crainte, de Jéricho, n’a pas peur du ridicule : il monte sur un arbre ! Situation suffisamment originale et cocasse pour attirer le regard de Jésus. 

 

Nous aimons bien ce Zachée, parce qu’il nous ressemble ! Il est à la fois pécheur et conscient de l’être, et à la fois toujours à la recherche de cette lumière qu’il n’a pas encore trouvée et qui pourrait éclairer son chemin, lui indiquer l’horizon du vrai bonheur. Alors, c’est vrai, si nous sommes là rassemblés ce matin, c’est que, sans doute, pour nous, cette fameuse lumière a un nom : Jésus-Christ ressuscité. Mais nous savons aussi combien peut-être large le fossé entre notre volonté de marcher dans la lumière du Christ, et ce que nous sommes avec notre poids de ténèbres…Ce péché qui nous empêche d’être totalement accordé à Lui. Comment faire alors pour que Jésus notre lumière vienne éclairer de l’intérieur notre vie afin de chasser les ténèbres et de mettre au jour le trésor que nous sommes ? 

 

Contemplons une fois encore Zachée ! Nous l’avons dit, il était large le fossé qui séparait Zachée de Jésus. Et le fossé entre Jésus et nous, quelle est sa largeur ? Le poids de la culpabilité qui nous fait penser que nous ne sommes pas dignes de Lui, notre rythme de vie qui laisse bien peu de temps à l’écoute de sa Parole et à la prière, les soucis, les préoccupations, les obligations diverses et variées qui encombrent l’horizon et j’en passe…Et que fait Zachée ? Il prend de la hauteur, il monte sur un sycomore, au risque du ridicule, pour voir Jésus et être vu de lui. Et de là-haut, ils paraissent bien petits et négligeables ceux qui se moquent de sa petite taille, ceux qui le traitent de collaborateur et de voleur, elle parait bien insignifiante cette foule qui l’empêchait d’accéder à Jésus.

 

Il nous faut donc monter, nous aussi, sur le sycomore afin de prendre de la hauteur : Jésus nous remarquera, il lèvera vers nous son regard et il nous dira : « descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer chez toi ! ». Et quand nous aurons pris de la hauteur, tout ce qui encombre notre vie et nous empêche de voir le Christ, sera remis à sa juste place, parce que lui, le Christ, nous éclairera de sa lumière et nous indiquera alors l’essentiel, ce pour quoi nous devons vivre. 

 

Que signifie, pour nous, monter sur le sycomore ? Certainement pas, vous l’aurez compris, monter à un arbre ! Je vous invite à y voir l’invitation à poser un choix qui nous permettra de placer le Christ et son Evangile au cœur de notre vie afin de prendre de la hauteur, du recul par rapport à tout ce qui nous encombre et nous empêche de le contempler. C’est ce que fait Zachée : parce qu’il est haut perché, il peut capter son regard et l’entendre s’inviter chez lui. Alors, il descend et le conduit au cœur même de son intimité : dans sa maison. Et cela lui change la vie. Il ne renonce pas à son métier de publicain mais il choisit de réparer le mal qu’il a pu faire et d’exercer sa profession, de conduire sa vie, en conformité avec la Bonne Nouvelle de Jésus. Zachée a placé la lumière du Christ au cœur de sa vie, il s’est découvert digne du Christ, lui, le mal aimé, et, grâce à cela il a compris qu’il faisait fausse route. Il cherchait l’argent, la gloire, au mépris de ses frères. Il comprend qu’il est désormais habité, lui le fils d’Abraham, par la lumière de son Seigneur et que c’est lui, le Seigneur, qui éclaire sa vie et lui donne sens. C’est cela, la conversion.

 

Quel sera alors notre « sycomore » ? Ce temps de prière quotidien, ce moment de méditation de la parole de Dieu que nous avons tant de mal à glisser dans notre agenda… Cet espace d’échange entre jeunes chrétiens au sein de votre feu, de votre clan, de votre aumônerie étudiante, votre équipe de jeunes professionnels, en famille peut-être, au cours duquel on prend le temps de se dire ce qui nous habite, nous motive, nous désespère aussi et comment le Christ nous accompagne... Ce peut-être le choix de participer régulièrement à l’Eucharistie ou à un temps d’adoration… Ce temps d’accompagnement spirituel auprès d’un « frère ou d’une sœur aîné dans la foi » … Ce ne sont là que quelques propositions, en vrac, et il y en a certainement beaucoup d’autres pour prendre de la hauteur quand le quotidien nous écrase parfois afin de croiser le regard de Jésus, l’entendre s’inviter chez nous et l’entendre nous dire : « Aujourd’hui le salut est entré dans cette maison ! ». Notre conversion est à ce prix. Nous le savons bien, la conversion n’est jamais acquise une fois pour toute, c’est un combat de chaque jour qui sera définitivement gagné le jour où nous contemplerons Dieu face à face.

 

Pour ouvrir et nourrir le petit temps de silence qui fera suite à ma méditation, je vous offre ces quelques lignes du Pape François dans l’exhortation Gaudete et Exultate, au n°151 :

 

Souvenons-nous que « c’est la contemplation du visage de Jésus mort et ressuscité qui recompose notre humanité, même celle qui est fragmentée par les vicissitudes de la vie, ou celle qui est marqué par le péché ». J’ose donc te demander : Y a-t-il des moments où tu te mets en sa présence en silence, où tu restes avec lui sans hâte, et tu te laisses regarder par lui ? Est-ce que tu laisses son feu embraser ton cœur ? Si tu ne lui permets pas d’alimenter la chaleur de son amour et de sa tendresse, tu n’auras pas de feu, et ainsi comment pourras-tu enflammer le cœur des autres par ton témoignage et par tes paroles ?

 

Oui, quel sera notre « sycomore » afin que nous prenions de la hauteur et laissions le Christ nous contempler et alimenter la chaleur de son amour pour que nous enflammions le cœur des autres par notre témoignage et par nos paroles ?

 

+ Laurent PERCEROU

Evêque de Moulins

Président du Conseil pour

la pastorale des enfants et des jeunes

 


Display the whole heading

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2020 Azimut Communication - Website design & Interactive kiosks
Tweeter | Facebook | Site map | contact | Legal information