Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

11ème Dimanche ordinaire - 12 Juin 2016

David ce grand roi, choisi par Dieu, va commettre l’irréparable : faire mourir un homme pour prendre sa femme. Son orgueil, son pouvoir vont lui faire perdre la raison.

 

Frères et sœurs, nous-mêmes, nous pouvons parfois être tentés d’user du pouvoir que nous accorde une fonction, un service ou une mission reçue. Nous-nous sentons fort de notre bon droit et nous mettons la main sur ce qui ne nous appartient pas mais qui nous est confié.

 

Comme David nous pouvons parfois être aveuglés et abuser de la situation où nous sommes. Il nous faut alors, comme David, reconnaître humblement nos manières de faire abusives, déformées, dans lesquelles nous voulons faire valoir un pouvoir qui nous détourne de l’esprit de service que nous voudrions vivre. Il nous faut reconnaître notre péché.

 

Cet épisode de la vie du roi David est très éclairant sur la manière d’agir de Dieu. Dieu ne bénit pas tout. Dieu n’est pas du coté du mal, il est du coté de l’homme, pas du côté du mal que l’homme fait. S’il condamne le péché, il ne condamne jamais celui qui le fait.

 

A travers cette expérience du péché, un échec dans la vie, David a sans doute grandi en son humanité qui s’est fissurée pour s’ouvrir à l’Amour de Dieu.

D’une existence sûre d’elle-même, écrasante pour les autres, David est passé à une existence de fils qui a reconnu sa faute et demandé pardon à ce Dieu plein de tendresse et de miséricorde.

 

Chaque fois que nous accueillons le pardon du Seigneur à travers le sacrement de réconciliation, nous devenons un peu plus les enfants bien aimés du Père.

A travers le Fils, c’est le Père qui accueille la femme pécheresse. Cette femme découvre que le Christ s’est fait quêteur, mendiant de notre amour. Sur la Croix il dira « J’ai soif ». Cette soif, c’est la soif d’un assoiffé d’Amour. Le Seigneur a soif de notre amour.

 

Depuis ce cri lancé au cœur de chacun, nous regardons celui que nous avons transpercé et nous ne cessons de recueillir son Amour. C’est de ce cœur ouvert que sont nés les sacrements qui nous offrent la vie de Dieu. Par le prêtre, nous entendons Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, nous dire « Je te pardonne tous tes péchés ». Une telle rencontre bouleverse bien des vies.

Le pardon relève et remet en route. Il est certainement vrai que la vie chrétienne de plusieurs d’entre nous a pris un nouveau départ lors d’un pardon reçu dans la joie et les larmes.

 

C’est ce même pardon que Pierre a reçu du Christ lorsqu’il croise son regard compatissant après l’avoir renié trois fois. « Le Seigneur, se retournant, fixa son regard sur Pierre. » dit l’Evangile de saint Luc. Peut-on imaginer l’intensité d’un tel regard ?

Chaque fois que nous demandons le pardon du Seigneur à un prêtre, nous recevons à nouveau cet habit de fête que nous avons revêtu à notre baptême. Venir demander pardon au Seigneur c’est finalement permettre à Dieu de nous dire « Je t’aime, tu es mon enfant bien aimé ».

 

Le drame ce n’est pas de tomber, c’est de ne pas accepter la main tendue pour se relever.  L’amour peut nous sauver si nous prenons la main de Celui qui nous aime à la folie jusqu'à se livrer pour nous sur la Croix.

 

En cette année de la miséricorde, laissons le Seigneur nous pardonner. Il nous attend.

 

Peut-être sommes-nous accablés par nos péchés, pensant que jamais nous en sortirons et que le Seigneur ne pourra pas nous pardonner tant nos fautes sont lourdes.

 

Nul n’est trop loin pour Dieu, rien n’est perdu, rien n’est fini pour Dieu, aucun péché, je dis bien aucun péché, n’est trop grave pour Dieu. Il y a toujours une main tendue prête à pardonner.

 

Et je termine avec cette phrase que j’ai eue l’occasion de dire Vendredi soir, en d’autres circonstances, cette phrase de Paul Claudel, converti, un jour de Noël pendant les Vêpres à Notre Dame de Paris :

« Lorsque vous êtes au fond du gouffre, lorsque vous êtes sur le point de désespérer,

Ecoutez, écoutez, un rouge-gorge s’est mis à chanter. »


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales