Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

Fête de la Sainte Famille - 27 Décembre 2015

Il y a deux jours, un Nouveau-Né, aujourd’hui, un jeune adolescent de 12 ans, parti à Jérusalem et disparu ! On imagine l'angoisse et l'affolement des parents passant 3 jours à chercher leur fils, l’inquiétude au cœur, les larmes au bord des yeux ! Enfin, Dieu soit loué !, ils retrouvent leur "fugueur de fils" assis dans le Temple "au milieu des docteurs de la Loi".

 

"Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en Te cherchant !"

Ces trois jours de disparition ont été un "véritable calvaire" car, de fait, ils sont comme à une "répétition" générale de la Passion : trois jours pour être trahi, arrêté, jugé, torturé, mis tombeau ! "Vois, Jésus, comme ton père et moi nous avons souffert en te cherchant » et on pourrait même traduire « nous étions mis "à la torture" de t'avoir perdu !". "Un glaive te transpercera le cœur » avait dit Siméon. Plus on se rapproche de Jésus, plus on est entraîné dans le Mystère de sa Passion".

 

Non seulement le "fugueur" retrouvé ne se justifie pas, ne demande pas pardon, mais Il s'étonne : "Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? C'est chez Mon Père que Je dois être !"

Décidément cet Enfant n’est pas comme les autres.

En parlant ainsi, Jésus nous dévoile toute sa vie : totalement orienté vers le Père du ciel, lui qui le connaît le Père puisqu’il ne fait qu'un avec Lui. Et, il est venu pour constituer avec nous une seule famille. Saint Jean le rappelle : "Le Père a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu".

 

A la suite de Jésus, il nous faut nous occuper des affaires de notre Père du Ciel et d’abord de notre vie intérieure, de notre vie spirituelle.

Mais s'occuper des "affaires" de Dieu ne concerne pas seulement la vie de prière et de piété mais cela concerne aussi notre rapport au monde, aux autres en ne négligeant rien de tout ce qui touche à la vie des hommes, à leur dignité, à leur grandeur, à leur "mystère".

 

« La vie conjugale et familiale est un chemin spirituel, disait Jean-Paul II. L'Eglise croit fermement que la vie humaine, même faible et souffrante, est toujours un magnifique don du Dieu de bonté.

 

Dans la famille de Nazareth, par un mystérieux dessein de Dieu, le Fils de Dieu a vécu caché durant de longues années. Elle est donc l'exemple de toutes les familles chrétiennes. Regardons cette Famille, unique au monde, elle qui a vécu de façon anonyme et silencieuse dans un petit bourg de Palestine, elle qui a été éprouvée par la pauvreté, par la persécution, par l'exil. »

L'Eglise prend parti pour la vie »

 

La famille est le lieu de l’accueil de la vie, le lieu où l’on apprend le respect de la vie.

 

Le Dimanche 7 octobre 1979, le Pape Jean-Paul II, disait, à Washington :

 

« En raison de la Venue de Jésus sur notre terre et de sa mort sur la Croix, l'Eglise doit être la protectrice de notre vie, dans tous ses aspects. Nous réagirons, disait-il, chaque fois que la vie humaine est menacée.

Lorsque le caractère sacré de la vie avant la naissance sera attaqué, nous réagirons pour proclamer que personne n'a le droit de détruire la vie avant la naissance.

Lorsque l'institution du mariage sera abandonnée à l’égoïsme ou réduit à un accord temporaire qui peut être facilement rompu, nous réagirons pour affirmer l'indissolubilité du lien du mariage.

Lorsque la valeur de la famille sera menacée par des pressions sociales et économiques, nous réagirons en affirmant que la famille est nécessaire non seulement pour le bien privé de chaque personne, mais encore  pour le bien commun de chaque société, nation et Etat.

Lorsque la liberté sera utilisée pour dominer les faibles, et refuser aux hommes les besoins essentiels, nous réagirons pour réaffirmer les exigences de la justice et de l'amour social.

Lorsque les malades, les personnes âgées ou les moribonds seront abandonnés à leur solitude, nous réagirons en proclamant qu'ils sont dignes d'Amour, de sollicitude et de respect".

 

« Etre aux affaires du Père » pour défendre la vie, frères et sœurs, est-ce notre première préoccupation ?


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales