Sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homélies

Homélie 3ème Dimanche de Pâques

19 Avril 2015

 

« Leurs yeux s’ouvrirent » nous dit St Luc à propos de ces disciples qui rentrent d’Emmaüs à Jérusalem. La vie avait pris les couleurs du deuil et voilà que tout change.


Et tout change brusquement, ils n’en croient pas leurs yeux : « Lui-même était là au milieu d’eux ». Il était là devant eux en chair et en os.  Dans le Nouveau-Testament, un des mots pour dire la Résurrection est le verbe « s’éveiller ». Cette scène de l'Evangile donne l’impression que jusque-là les apôtres dormaient « Ils croyaient voir un esprit ! ». Jésus va leur ouvrir les yeux du corps et les yeux de l’intelligence. Il s’efforce de les réveiller : « Voyez mes mains et mes pieds ».

« Il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence de l’Ecriture ». La Résurrection du Christ ne se réduit pas à sa sortie du tombeau comme si elle n'avait ensuite aucun impact. Elle nous fait constater qu'elle est à l’œuvre chez les apôtres, chez les chrétiens tout au long de l'histoire et chez nous aujourd'hui. Les apôtres sortent d’une certaine vision du monde et de Dieu comme on sort du sommeil pour vivre un nouveau jour. Ils ont vécu au jour de Pâques une expérience unique, inouïe qui les bouleverse, qui change leur regard.

 

« Ils croyaient voir un esprit ! » et ils voient avec des yeux neufs celui avec qui ils avaient vécu pendant trois ans mais qu'ils ont du mal à reconnaître.

 

Le Christ est ressuscité, c'est bien lui, mais autrement. Les apôtres sont bien les mêmes, mais cette vision du ressuscité va faire qu'ils vont vivre autrement. La résurrection de Jésus nous change. C’est en relisant notre propre histoire que nous découvrons l’œuvre de Dieu et la réponse réelle que nous lui avons déjà donnée et que nous avons encore à lui donner, c'est à dire une lente et progressive purification, une lente et progressive conversion toujours à renouveler, une longue et pénible marche sur le chemin de la sainteté.  Oui, la résurrection nous change. Et nous nous apercevons qu'elle est inséparable de notre histoire.

 

Elle nous fait voir la croix, la souffrance, la mort, autrement. Le passage du Christ par la croix, pour qu’arrive la gloire de Dieu, est surprenant, déroutant, scandaleux.

Mais ce passage par la croix n’est pas un échec de Dieu. A nos faibles esprits humains, il peut sembler être un échec à un premier regard, mais c'est par rapport à notre propre conception beaucoup trop humaine de la « puissance de Dieu » que nous avons.

Oui, nous avons à convertir notre regard sur la croix, passage obligé vers la résurrection.

 

« Lui, le chef des vivants, vous l'avez tué, mais Dieu l'a ressuscité d'entre les morts. Vous étiez dans l’ignorance », écrit saint Pierre.

 

Lorsque nous faisons le mal, il y a aussi une part d'ignorance, de « non-connaissance », une connaissance partielle, erronée. Mais notre responsabilité ne vient pas seulement de l'acte que nous avons fait, mais bien plus de notre refus de comprendre le sens profond de ce que nous faisons, de ce que nous vivons. Nous en avons la possibilité. Mais le voulons-nous ?

Nous nous contentons si facilement de ce que nous savons sur Dieu. Mais il attend de nous une recherche continue de la Vérité transmise en Jésus-Christ. « Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Ecritures. ».

 

Prenons-nous les moyens pour le laisser ouvrir notre esprit et notre coeur ?


Afficher toute la rubrique

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Tweeter | Facebook | Plan du site | contact | Mentions légales