Shrine of Sainte-Anne d'Auray

diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Homelies

Sorry, this page is not available in English, it is displayed in the default language


HOMELIE DU GRAND PARDON DE SAINTE ANNE D'AURAY LE 26 JUILLET 2019

Mgr_Aristide_GONSALLO.jpg

MONSEIGNEUR ARISTIDE GONSALLO - EVËQUE de PORTO-NOVO au BENIN

 

Excellence Mgr Raymond Centène, évêque du diocèse de Vannes,

Excellences nosseigneurs les évêques de Bretagne,

Chers pères concélébrants,

Chers religieux et religieuses,

Chers fils et filles bien–aimés de Dieu,

Chers pèlerins venus de près ou de loin,

 

« Heureux vos yeux parce qu’ils voient, et vos oreilles parce qu’elles

entendent ! » C’est par ces paroles de l’Evangile de ce jour que je voudrais

commencer cette homélie. Oui, je bénis le Seigneur et je lui rends grâce, lui

qui me donne de revenir comme pèlerin dans ce sanctuaire dédié à Sainte

Anne. Oui, le Seigneur me donne de voir ce que vous voyez et d’entendre ce

que vous entendez. Je rends grâce au Seigneur pour la prévenance de Mgr

Raymond Centène, évêque de ce diocèse, qui m’a invité pendant son séjour

dans mon diocèse de Porto-Novo au Bénin, il y a maintenant huit mois, à

partager votre bonheur de voir et d’entendre en prenant part au pèlerinage

annuel du Grand Pardon. L’occasion m’est gracieusement offerte de venir

moi-même en ces lieux pour inaugurer et consolider par l’intercession de

Sainte Anne les liens de coopération missionnaire. Je suis honoré d’être reçu

à l’occasion de ce Grand Pardon et d’avoir la grâce d’entendre et d’accueillir

la réponse positive de Mgr Raymond Centène et de son Conseil à notre

proposition de mettre en place une Convention Fidei Donum entre nos deux

diocèses frères dès la prochaine rentrée pastorale de Septembre.

Faut-il le rappeler ? Le Bénin est un petit pays de l’Afrique de l’Ouest d’une superficie de 114 000 kmÇ avec une population de plus de dix millions d’habitants dont 35% de chrétiens toutes tendances confondues.

L’Eglise au Bénin compte dix diocèses dont celui de Porto-Novo au sud-est

avec plus d’un million d’habitants, 40% de chrétiens et 85 paroisses

desservies par 180 prêtres sur les 260 incardinés dans le diocèse. L’Evangile

vient d’être chanté en goun, une des trois langues liturgiques du diocèse de

Porto-Novo.

Il a plu au Seigneur de nous donner l’insigne grâce de nous

rencontrer aujourd’hui, chers pèlerins, pour communier ensemble dans

l’écoute de la parole de Dieu, dans la fréquentation des sacrements

notamment l’eucharistie et la réconciliation puisque le Grand Pardon

s’inscrit dans une demande pénitentielle, dans la prière et l’action de grâce.

Et comme il s’agit d’un Pardon, nombre d’entre vous, chers pèlerins, ont

sollicité la réconciliation avec le Seigneur et avec leurs frères et soeurs dans

le sacrement de pénitence. Oui, heureux sommes-nous de le voir et de

l’entendre !

Être pèlerin, en effet, c’est marcher à la suite de Jésus en écoutant

sa parole comme les pèlerins d’Emmaüs dans l’Evangile de saint Luc (24, 11- 35). Notre Grand Pardon aujourd’hui est marqué par les quatre verbes que sont : partir, cheminer, demeurer, repartir. Le Grand Pardon est un temps

d’écoute et de méditation de la parole de Dieu. En vous voyant si nombreux,

je pense à la parabole du semeur que nous avons entendue dans nos Eglises mercredi dernier (cf. Mt 13, 1-23). Je vous vois comme un champ immense sur lequel tombe, en guise de semence, la Parole de Jésus et sa bénédiction par l’intercession de Sainte Anne. Et bien évidemment, ici à Sainte Anne d’Auray, il n’est nullement possible de se tromper sur l’identité du semeur de la Parole. Marie, la fille d’Anne et de Joachim, Marie, la mère de Jésus et notre mère à tous, nous désigne en permanence le semeur de la Parole qu’est son Fils : « Faites tout ce qu’il vous dira », nous dit-elle dans l’Evangile de Jean (Jn 2). C’est lui Jésus, le Semeur dont la Parole est inlassablement jetée comme semence et répandue avec largesse sur le champ que nous sommes, pour que sa vie y prenne racine et que nous devenions sa sainte moisson. Et que sème en nous justement le semeur par excellence dans la liturgie de la Parole de ce jour ?

Dans la première lecture, Ben Sirac le Sage nous montre que la

sagesse et la puissance de Dieu se déploient tout autant dans les merveilles

de la nature que dans l’histoire des hommes. Le Siracide s’est consacré dans son livre à démontrer comment toute la création chante la gloire de Dieu.

Dans l’extrait que nous venons d’entendre, Ben Sirac le Sage nous convie à

voir la main de Dieu dans le déroulement de l’histoire de l’homme et des

peuples. Son texte est une réponse à la question du sens. Qu’est ce qui

subsiste ? De tout le mouvement de l’histoire, que reste-t-il ? Qu’est ce qui

fait un peuple et le fait subsister ? Est-ce la renommée ? la puissance ? la

clairvoyance ? la gloire ? les prophéties ? les poésies ? la richesse ou

l’influence ? Ben Sirac le sage nous invite à dépasser ces valeurs humaines.

C’est aux yeux de l’homme qu’elles ont une portée. Il nous le précise : Ces

hommes riches et influents, ceux-là ont connu la gloire en leur temps et, de

leur vivant, ils ont été à l’honneur. Il y en a, parmi eux, qui ont laissé un nom ;

ainsi peut-on faire leur éloge. Il y en a d’autres dont le souvenir s’est perdu ;

ils sont morts, et c’est comme s’ils n’avaient jamais existé, c’est comme s’ils

n’étaient jamais nés. Ben Sirac le sage nous invite à tendre vers d’autres

valeurs, celles qui ne disparaissent pas, celles qui font « être » et « vivre »,

celles qui font un peuple et le font subsister. A partir d’une relecture de

l’histoire d’Israël, le Siracide nous ramène à l’essentiel à savoir pratiquer la

miséricorde et les oeuvres de justice, être fidèle au Seigneur et à l’Alliance,

« marcher à la suite du Seigneur », « ne pas se détourner du Seigneur »,

« faire ce qui plaît au Seigneur », « tourner son coeur vers le Seigneur »,

« suivre le droit chemin », « rester fidèle à l’espérance ».

Chers frères et soeurs, bien aimés du Seigneur, l’Eglise a été, de

tous les temps, objet de tribulations et de persécutions, en raison de son

essence, parfois à cause du péché de ses propres fils. Elle traverse

aujourd’hui des temps très difficiles partout dans le monde et

particulièrement en Occident. La parole de Ben Sirac le Sage est un appel

prophétique : revenons au Seigneur à l’instar de tant de pèlerins et de

figures marquantes comme Pierre de Kériolet. Ne nous détournons plus du

Seigneur et marchons à sa suite. Faisons ce qui plaît au Seigneur. C’est

dans la fidélité au Seigneur et à l’Alliance, c’est dans la pratique de la

miséricorde et des oeuvres de justice que nous subsisterons. Le salut est

dans la conversion et dans la fidélité à l’espérance.

Dans la même perspective, si Ben Sirac nous convie à faire l’éloge

des personnes glorieuses, nos ancêtres dans la foi, des figures de sainteté,

c’est pour nous inviter à imiter les modèles de sainteté. Nous n’irons pas si

loin pour faire le rapprochement entre notre pèlerinage, ce grand Pardon et

l’appel à la sainteté. En effet, dans son exhortation apostolique Gaudete et

exsultate sur l’appel à la sainteté dans le monde d’aujourd’hui, le pape

François fait un lien judicieux entre tout pèlerinage et l’appel à la sainteté.

Le Pape François nous invite à discerner notre chemin de sainteté. Parmi les

moyens qu’il nous propose pour parvenir à la sainteté, il y a justement la

fréquentation des sanctuaires à travers les pèlerinages. Certes, le sanctuaire, c’est la partie la plus sainte d’un édifice religieux, mais pour ce qui nous concerne aujourd’hui en ce lieu de Grand Pardon dédié à Sainte Anne, le sanctuaire, c’est toute cette terre sacrée où nous sommes rendus en pèlerinage « pour un motif particulier de piété ». Pour nous, ce sanctuaire

sous le patronage de Sainte Anne est un motif assez puissant et éloquent

pour nous permettre de toucher la présence de Dieu à travers l’intercession

de Sainte Anne, modèle de sainteté pour nos familles. Nous avons besoin de

toucher le mystère de la présence de Dieu, de le sentir présent, incorporé

non seulement dans la vie de Sainte Anne, notre modèle de sainteté, et des

saints qui nous ont précédés, mais aussi dans toute cette chaîne

ininterrompue de croyants qui se sont rendus en pèlerins dans ce sanctuaire

dédié à Sainte Anne et qui nous accueille aujourd’hui. Ce sont tous ceux et

celles et qui ont fait une expérience de conversion en se rendant ici dans ce

lieu de pèlerinage. Le déplacement jusqu'en ce lieu tout comme les

processions expriment notre désir de nous mettre en marche pour obtenir de

Sainte Anne qu’elle intercède pour les pèlerins que nous sommes, en offrant

nos fatigues du chemin parfois parcouru à pied, comme une pérégrination

vers le Royaume des cieux, en reconnaissant notre état de pécheur pour

obtenir le « pardon ». Oui, la sainteté passe aussi par les pieds et elle va de

nos pieds à nos coeurs pour irriguer l’ensemble de notre vie dans l’imitation

du Christ.

Au coeur de ce pèlerinage marial, nous avons apporté des

intentions que nous déposons aux pieds de Sainte Anne afin qu’elle

intercède pour nous. Au nombre de ces intentions, je voudrais mettre un

accent particulier sur l’importance pour nous pèlerins de savoir lire et

écouter la Parole de Dieu. En effet, la tradition catholique aime représenter

Sainte Anne faisant lire à son Enfant la Sainte Ecriture, comme pour

préparer le Coeur de Marie à accueillir en Elle la Parole devenue Chair, le

Verbe de Dieu ! Nous pouvons y voir, pour nous aussi, une pressante

invitation à accueillir cette Parole Vivante, à nous en nourrir le plus

fréquemment possible, à nous en imprégner pour en témoigner dans toutes

les réalités de notre humanité. Je voudrais alors simplement rappeler un

voeu cher au saint Pape Jean-Paul II sur la lecture assidue de la Parole de

Dieu : Que la Sainte Bible continue d’être un Trésor pour l’Eglise et pour tout

chrétien : nous trouverons dans l’étude attentive de la Parole la nourriture et

la force pour accomplir chaque jour notre mission. Prenons ce Livre entre nos mains ! Recevons-le de la part du Seigneur qui nous l’offre continuellement à travers Son Eglise (Apocalypse 10, 8). Mangeons-le (Apocalypse 10, 9) pour qu’il devienne la vie de notre vie. Goûtons-le à fond... car il est doux comme le

miel (Apocalypse 10, 9-10). (Jean-Paul II. Ecclesia in Europa du 28 juin 2003

n° 65).

Frères et soeurs en Christ, au cours de cette célébration

eucharistique, demandons au Seigneur, par l’intercession de Sainte Anne,

notre modèle de sainteté, d’aider nos familles humaines, nos communautés

sacerdotales et religieuses, à vivre une authentique écoute attentive et une

mise en pratique de la Parole de Dieu en Jésus Christ. Rappelons-nous alors

ces paroles fortes du Pape François dans son exhortation apostolique

Christus vivit aux jeunes et à tous les chrétiens : « Il y a une beauté

extraordinaire dans la communion de toute une famille à table, et dans le

pain partagé avec générosité, même si la table est très pauvre. Il y a de la

beauté chez l’épouse mal coiffée et un peu âgée qui reste à s’occuper de son mari malade, au-delà de ses forces et de sa propre santé » (Pape François, Christus vivit, § 183)

Nous allons nous séparer les uns des autres à la fin de cette

célébration eucharistique et des dévotions de clôture à ce Grand Pardon. Et

comme nous y invite saint Augustin, en nous séparant les uns des autres,

en nous éloignant les uns des autres, ne nous séparons pas de Lui ; ne nous

éloignons pas de Lui, c’est-à-dire Jésus-Christ.

Prions : Ô Sainte Anne, intercède pour nous afin que nos familles,

nos communautés sacerdotales, nos communautés religieuses et nos

communautés chrétiennes soient de vrais lieux d’écoute de la Parole de

Dieu, de prières, d’éducation, de rencontre authentique et de pardon et de

miséricorde dans la mesure où fondés sur la Parole de Dieu nous pouvons

nous asseoir ensemble, prier ensemble, manger ensemble et nous pardonner

mutuellement en Jésus le Christ, notre Seigneur vivant pour les siècles des

siècles. Amen.


Display the whole heading

enveloppe Imprimante partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Digg partager sur Delicious partager sur Google partager sur Myspace partager sur Yahoo!
©2011-2019 Azimut Communication - Website design & Interactive kiosks
Tweeter | Facebook | Site map | contact | Legal information